Interview de Colomblbl suite à son arrivée chez G2 Esports : ses objectifs, son arrivée sur LoL, sa vision de l'esport féminin...

Vous avez forcément suivi l'annonce d'une toute nouvelle équipe féminine League of Legends chez G2 Esports ! Parmi les joueuses, une Française : Colomblbl.

Quelques jours après l’annonce d’une équipe féminine de League of Legends chez G2 Esports, nous sommes allés interviewer Eve MONVOISIN, française plus connue sous le pseudo de Colomblbl. Elle officie actuellement au rôle de support dans l’équipe G2 Hel (nom inspiré de la déesse du même nom dans la mythologie nordique). 

Que vous connaissiez Colomblbl ou non, cette interview risque de vous intéresser puisqu’elle parle de son arrivée sur League of Legends, sa vision de l’esport féminin et surtout de ses envies au sein de G2 Esports !

Qui es-tu, d’où viens-tu et que fais-tu dans la vie ?

J’ai 23 ans et je suis actuellement en fin d’année d’un Master 2 LLCER (Langues Littérature et Civilisation Étrangères en parcours chinois). J’ai rendu mon mémoire hier et il sera validé le 8 septembre ! Sinon, je viens de Bourgogne et j’ai réalisé mes études sur Montpellier.

Raconte-nous comment est-ce que tu t’es mise aux jeux vidéo et plus particulièrement à League of Legends.

Je suis arrivée sur les jeux vidéo grâce à ma cousine, ça a commencé avec DOFUS où je jouais une Féca. J’ai aussi un grand frère qui jouait et qui du coup a essayé d’autres jeux comme World of Warcraft puis League of Legends. À l’époque, c’était un jeu qui faisait beaucoup parler de lui et qui était gratuit. Il a commencé à jouer avec ses amis et comme je traînais souvent dans sa chambre, je m’y suis intéressée et j’ai voulu jouer !

J’ai officiellement commencé League of Legends en fin de saison 2, donc c’était en 2012. Au début, j’étais une noob, on ne va pas se mentir. Mais depuis toute petite et grâce à mon père qui était joueur de foot puis entraîneur, j’ai toujours eu cette envie de me surpasser. Quand j’étais plus jeune, je jouais au tennis et j’avais cette ambition de la compétition, même si j’étais pas extrêmement forte… 

Quand j’ai commencé à avoir un niveau, j’ai commencé à faire des rankeds sur LoL comme je pense tout le monde. Et puis j’ai participé à mes premières compétitions.

Quelles ont été tes premières compétitions avant d’arriver chez G2 ?

J’ai commencé avec l’Open Tour en 2019 et malheureusement, je n’ai pas pu participer à des LANs puisqu’il y a eu le COVID-19. J’ai rejoint une équipe qui s'appelait à l’époque Métafun (d’ailleurs, grosse dédicace à tous les Métafuniens qui liront l’article). C’était ma première expérience et c’était super sympa, ils étaient tous super gentils. On avait même réussi à faire un top 4 ! Mais à ce moment, je ne me voyais pas me mettre à fond dans la compétition ou même le streaming. L’Open Tour (aujourd’hui Mastercard Nexus) est très chronophage et assez précaire si on souhaite en vivre. C’est pour cela que j’ai préféré continuer mes études tant que je n’avais pas quelque chose de solide à côté.

Plus récemment, j’ai participé au projet de SK Gaming Avarosa en tant que remplaçante. J’avais vraiment envie d’être titulaire et de jouer, mais c’était compliqué en tant que française puisque l’équipe évoluait en ligue allemande. J’ai donc décidé de rejoindre Burger Flipper !

De nombreuses personnes ont entendu parler de cette fameuse équipe Burger Flipper. Comment est-ce que G2 vous a approché ?

C’est principalement TIFA (mid de l’équipe) qui a poussé les négociations avec plein d’équipes. Cela a pris pas mal de mois, ce que je peux comprendre car il faut en parler avec les sponsors, les supérieurs des structures… De leur côté, G2 avait également fait un travail de scouting pour voir nos profils et c’est comme cela qu’ils nous ont contacté en nous disant « On est d’accord pour le projet, on peut le commencer si ça vous dit ! ».

Quel est l’objectif de cette équipe ?

G2 veut vraiment construire l’écosystème féminin sur League of Legends et promouvoir les potentielles pépites, ils ont déjà commencé avec VALORANT. De notre côté, on a l’ambition de percer dans les ligues féminines, les tournois féminins. Pour la suite, on verra ! Si les joueuses veulent rester dans les projets féminins ou s’émanciper pour aller plus haut, grâce à G2 elles auront reçu du coaching, de l’expérience et un accompagnement dans leur carrière.

J’ai sorti un vlog qui retrace notre bootcamp en août. C’était vraiment super, surtout que plus tôt cet été on a remporté l’ORADEA Festival donc on est arrivée avec notre coupe et nos médailles ! G2 nous a même convié à leurs événements internes, le staff est super gentil, très ouvert et on s’y sent en sécurité. On a même un manager (Tibalt) et prochainement un coach ! Ce qui est super, c’est qu’ils nous aident à comprendre ce qu’il faut faire ou ne pas faire sur les réseaux sociaux, c’est un vrai accompagnement.

Comment as- tu vécu l’annonce ?

J’avoue que j’étais très très euphorique hier, j’ai passé 4 à 5 heures à lire que des commentaires. J’étais très contente et assez surprise car 98% des commentaires étaient positifs, et parmi les autres commentaires il y avait beaucoup d’interrogations pas forcément négatives. Et surtout, la communauté française, c’est la meilleure, les retours sont tous super gentils.

As-tu une pression d’être dans un projet féminin au sein de G2 Esports ?

Je ne peux pas en vouloir à celles et ceux qui se questionnent sur l’intérêt d’une ligue féminine, parce que moi la première je me questionnais sur cet intérêt. Après avoir rencontré d’autres filles, partagé des témoignages, des faits avérés de certaines personnes je pense que c’est une bonne chose. De mon côté, je n’ai jamais eu de problèmes, peut-être parce que j’avais mon copain dans mon équipe (NDLR mixte). Certaines filles n’ont pas du tout eu cette chance là, et elles ont besoin de ce tremplin féminin pour avoir l’expérience des teams et compétitive, pour par la suite espérer ou non, libre à elles en tout cas, de se lancer dans du mixte. Parce que certaines filles disaient qu’elles se sentaient pas trop intégrées, voire elles pensaient que leur crédibilité était sans cesse remise en cause.

 La G2 Army au LEC

Être sous G2 c’est quand même une petite pression en mode « bon bah maintenant faut qu’on perf tout le temps ». On est quand même censées être les meilleures quoi qu’il arrive, donc cette petite pression peut me stresser, mais globalement, ça va !

Qu’est-ce qu’il faudrait pour structurer davantage la scène féminine ou voir davantage de joueuses à haut niveau ?

Question complexe. Je pense qu’avec les générations futures, les mentalités vont changer. Les filles vont davantage jouer aux jeux vidéo « catégorisés comme masculins »

À haut-niveau, ce qu’il manque à l’esport c’est de la maturité. Il y a beaucoup de joueurs qui n’ont pas d’expérience dans le monde du travail ou même dans les études, ce qui fait que malheureusement, des équipes mixtes peuvent engendrer des complications. C’est la crainte qu’ont beaucoup de coaching staff car cette question revient souvent : « Si on recrute cette fille, est-ce que la cohésion sera toujours bonne ? ». C’est malheureusement ça qui pêche pour les filles. Et aussi, beaucoup n’osent pas encore franchir le pas, par manque de maturité globale.

Tu te vois où dans l’esport dans les prochaines années, en LEC par exemple ?

Alors, si je suis délu, je répondrais que oui. Mais bon, j’aime pas être délu ! Après, c’est bien d’être délu car ça permet de repousser ses limites et d’être toujours meilleure. Mais plus sérieusement, ça fait 4-5 ans que je suis Grand Master et que je ne suis pas Challenger. 

Être joueuse professionnelle, ça me plairait beaucoup. C’est ce que je fais maintenant avec G2. J’aime la compétition, c’est comme quand je jouais au tennis : c’est quelque chose qui me plaisait de battre mon adversaire et de m’améliorer tous les jours.

Sinon, si je n’ai pas le niveau pour être joueuse professionnelle, je me vois bien faire des choses pour l’esport en chinois. Pour cela, il faudrait que j’améliore mon chinois mais ça a été difficile avec mes voyages annulés à cause du COVID. Et pourquoi pas être dans la traduction, les interviews ou même analyste au cast !

Un dernier mot ?

Merci pour cette interview car c’est ma toute première ! Un grand merci à mon copain qui m’a beaucoup aidée dans tout ça, c’est lui qui m’accompagne au quotidien. Il m’a aidé à me surpasser et à prendre le jeu plus au sérieux ! Merci aussi à ma famille qui a toujours été là pour me soutenir, même s'ils ne comprennent rien du tout à ce monde. J’ai beau leur expliquer, c’est vraiment un truc qui les dépasse totalement mais ils m’encouragent et c’est giga chouette !

Un grand merci à Colomblbl pour son temps. Vous pouvez la suivre sur Twitter ou bien sur Twitch où elle réalise des streams ! Pour le moment, G2 Esports n’a pas communiqué sur les potentielles compétitions de l’équipe G2 Hel, nous vous tiendrons au courant.

Rejoignez la communauté Breakflip sur Discord, jouez à LoL avec les autres joueurs tout en étant informé de nos derniers articles !

Bouton cadeau rp