Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

LoL : Comment battre Kingzone ? - LCK 2018

league of legends, lck, kingzone, afreeca freecs, play offs, finale, peanut, faiblesse

Samedi a lieu la finale entre Afreeca Freecs et les grands favoris de Kingzone DragonX. Dominant durant toute la saison régulière, KZ a pourtant montré quelques failles qui pourraient leur coûter cher si les Freecs parviennent à les exploiter.

Après une saison outrageusement dominée par Kingzone DragonX, la LCK livrera son verdict ce samedi au terme d’une finale qui pourrait tourner court tant les anciens joueurs de Longzhu Gaming ont été en avance tout au long de la saison régulière. Avec seulement deux séries perdues sur les dix-huit disputées, 33 victoires pour 7 défaites, il est difficile d’imaginer un autre résultat qu’une victoire des coéquipiers de Peanut.

D’autant que sur ces 7 défaites, 5 ont eu lieu au cours des 6 premières semaines. Depuis l’arrivée du patch 8.4 KZ n’a donc concédé que deux petites parties. La suppression du Couteau du pisteur et le retour d’Olaf dans la jungle ont largement profité à Kingzone, qui n’en demandait pas tant pour remporter un deuxième titre consécutif.

Leur adversaire lors de cette finale sera Afreeca Freecs, qui après une excellente saison régulière a tourné sa demi-finale contre kt Rolster en démonstration tant Score et les siens ont semblé impuissants une fois la première partie terminée. Cela sera-t-il pour autant suffisant pour résister à Kingzone ? Pas sûr. Néanmoins si une équipe en Corée est capable de réaliser cet exploit il s’agit bien des Freecs. Nous vous proposons donc la (petite) liste des faiblesses de KZ qui ont été exploitées, et sur lesquelles AF devra insister si elle souhaite réaliser l’impossible.

 

La phase de draft

La première chose à faire est de retirer Olaf et Galio, que ce soit avec un ban ou first pick. Le premier, car il accorde trop de liberté à Peanut, le deuxième, car il permet à Bdd d’être partout sur la carte et surtout en soutien de son jungler.

Ensuite il faut réussir à sélectionner des lanes capables de contester le push, surtout sur la midlane. Kingzone sélectionne généralement son jungler en premier, le plus souvent un champion agressif, ce qui a pour effet de sacrifier sa botlane, et il n’est donc pas rare que ses adversaires mettent la main sur le duo Xayah-Rakan qui domine les deux contre deux. La deuxième phase de ban devra se concentrer sur les champions carrys de Khan comme Camille ou Gangplank afin de lui laisser au mieux Gnar, pick sur lequel le toplaner n’est pas spécialement efficace par rapport à ses homologues coréens.

 

Très à l'aise sur les champions carrys, Khan est moins impactant sur les plus orientés tanks comme Gnar ou Sion (Source : Games of legend)

 

Kingzone est une équipe avec un style de jeu spécifique, et ses drafts sont tournées pour permettre à ses joueurs de le pratiquer. En supprimant quelques champions clés, il n’est pas rare de les voir se réfugier sur des picks pas forcément optimaux tel que Nidalee ou Xerath, et ce type de champion est loin d’être aussi performant que les meilleurs de la méta.

 

Le début de partie, 1ère étape

C’est là que l’essentiel de la partie se joue. Kingzone prend son avantage dans les premières minutes de jeu : meilleure moyenne de gold à 15 minutes avec +1060 (1er), 72.5% de prise de la première tour (1er), 60% de premier sang pris (2ème). Le jeu s’articule autour de lane forte, notamment topside, pour assister les invades de Peanut.

Pour contrer cela, il faut réussir à prendre l’information sur l’ancien ROX le plus tôt possible. Il faut donc contrôler les carapateurs, le mieux étant d’abattre celui de la rivière haute, et poser des jalons de visions. Une fois Peanut localisé le mieux est de jouer à son opposé. En effet il a tendance à passer plus de temps dans la jungle adverse que dans la sienne s’il se sent en confiance, ce qui donne énormément de liberté à son vis-à-vis.

 

Malgré un temps de retard dû à son pick Ambition sait où se trouve Peanut depuis une minute. Quand ce dernier se dirige vers ses krugs, le vétéran s'empresse de rejoindre son topside et récupère le premier sang sur Bdd 20 secondes plus tard.

 

Hors comme PraY et GorillA sont souvent ceux qui sont sacrifiés lors des phases de drafts, ils se retrouvent souvent à subir le push de leurs adversaires. Peanut passant le plus clair de son temps dans la partie supérieure de la carte, il faut que ses adversaires punissent sa duolane et abusent de leur isolement. Car s’ils sont particulièrement doués pour survivre en autonomie, ils ne sont pas infaillibles. Lors des deux défaites contre KSV et ROX, le snowball est parti de la botlane. Si Bdd est cloué sur sa lane, Peanut trop occupé à subtiliser des Krugs et Khan à lutter contre un tank qu’il ne tuera jamais, la duolane est exposée à un 4 contre 2 potentiel.

 

Le début de partie, 2ème étape

Il faut accepter le fait que quoi qu’il se passe Peanut parviendra à counter jungle. Ce sacrifice est en quelque sorte une offrande faite à l’ancien de chez SKT : prend mes corbins, je prends des objectifs. Une fois sa botlane en avance il faut jouer autour d’elle, c’est-à-dire prendre la vision à plusieurs dans sa zone de jeu et ne pas hésiter à aller loin dans la jungle adverse basse, car Peanut est topside, et bien évidemment réduire celle de Kingzone.

Une fois ce travail effectué il faut snowball sur les objectifs et trouver des cibles isolées. Car peu importe la situation, les champions en titre évoluent sur la carte de la même manière. Peanut place très peu de Balises de contrôle (0.27 par minute un des taux les plus faibles de la LCK) et se concentre beaucoup sur les camps de jungle, ce qui implique que GorillA se retrouve souvent isolé pour contester la vision. Au cours des deux parties perdues, le support est mort 7 et 6 fois, contre seulement 1,7 en moyenne au cours du split.

 

État de la minicarte à 15 minutes de jeu contre KSV : Kingzone a complètement perdu le contrôle de son botside

 

Les différents goulots d’étranglement de la jungle sont particulièrement propices pour ce genre de catch ou pour diverses escarmouches qui permettront à minima de maintenir l’avance. Si PraY n’évolue pas sur Ezreal, son champion signature qu’il a sélectionné à 15 reprises cette saison, il aura tendance à jouer des picks statiques. ROX Tigers et KSV ont énormément insisté sur le cooldown du flash du Carry AD. Plus globalement les divers affrontements avaient surtout pour but de faire craquer les timings de sorts importants comme l’ultime de Sion, la téléportation de Khan ou bien le flash de PraY. Car s’il évolue sur un champion immobile et que GorillA meurt ou se fait attraper en face checkant les bushs, il devient une cible facile.

Sous pression Kingzone peut finir par craquer ce qui offre à son adversaire la possibilité de mettre la main sur le Baron Nashor. À partir de là c’est un snowball classique qui est mis en place avec prise de tour sans prise de risque sous peine de voir Kingzone revenir instantanément dans la partie.

 

Afreeca peut-il le faire ?

Sur le papier les Freecs ont toutes les armes pour respecter ce plan de jeu : Kiin s’est montré particulièrement solide tout le split, Mowgli et Spirit ont su jouer intelligemment et leur capacité à s’adapter en cours de série a été remarquable et KurO est très certainement le meilleur à son poste en Corée actuellement. Enfin du côté de la botlane Kramer semble enfin avoir atteint son plein potentiel après la série survolée contre KT Rolster, et TusiN est probablement le support le plus redoutable de la ligue.

Réputée pour ses drafts inventives, la formation a su se rapprocher d’un jeu plus traditionnel tout en gardant sa spécificité, en témoigne les picks de Malphite et Yasuo en demi-finale. Plus en forme que jamais, elle n’aura pas le droit à l’erreur dans cette rencontre, et même en jouant à son meilleur rien ne garantit le résultat.

Car le pire ennemi de Kingzone à l’heure actuelle est très certainement eux-mêmes. Comme dit plus haut, l’équipe joue quand elle est derrière comme lorsqu'elle est devant. Son niveau mécanique et sa gestion de la carte ne sont parfois pas suffisants pour remonter une partie mal engagée, d’autant plus qu’elle n’a pas l’habitude de jouer de derrière. Dans toutes ses défaites en dehors du premier BO de l’année, Kingzone aurait pu revenir en calmant son jeu. Et malgré les deux manches concédées contre ROX puis KSV, elle reste sur 9 séries remportées de suite, avec un ratio de 90% de victoire, preuve que la formation s’est améliorée au fil du temps.

 

Alors que son équipe ne peut pas l'aider, Peanut se fait attraper pour un carapateur. Une minute plus tard, ses quatre coéquipiers meurent en défendant le Baron Nashor que les ROX Tigers prendront dans la foulée.

 

Si Peanut a beaucoup été montré du doigt lors des défaites, c’est parce que son jeu induit que parfois ses coéquipiers peuvent perdre gros sur ses actions. Cependant KZ possède en Cuzz un excellent deuxième jungler, qui a disputé 5 rencontres en début de saison et s’était montré tout aussi convaincant que la superstar. Et nul doute qu’après trois semaines d'entraînement Kingzone sera prêt pour la finale à Busan, bien consciente des failles de son jeu.

 

Pour la finale de la LCK rendez-vous samedi à 10h !

 

Par ZlatanOvic, le 14/04/2018

Réagissez à ce post