Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

LoL : Interview de Hajin et Tolki, les deux francophones de T1 en LCK

LoL, League of Legends, Riot Games, LCK, SKT T1, T1, Nike, Faker

Retrouvez une interview de deux jeunes talents français qui partiront à la conquête de la LCK pour leur première saison dans la plus prestigieuse écurie mondiale, T1.

      La saison 10 de League of Legends a commencé et les joueurs passionnés du monde entier se battent déjà pour leur place dans le ladder. Les compétitions reprennent aussi progressivement aux quatre coins du monde. L’occasion pour nous de vous faire découvrir deux jeunes talents français qui porteront les couleurs tricolores en terre sainte de l’esport: la Corée du Sud. La LCK ayant repris le 5 février, nous avons pu faire plus ample connaissance avec Hajin et Tolki qui font partis des 10 francophones à suivre en 2020. Ils font partie de l’équipe la plus titrée sur League of Legends avec trois titres de champions du monde, T1.

 

Le 13 décembre 2018, le premier foreigner, LS, rejoignait les rangs des bbq Olivers en tant que coach. Un an exactement après l’annonce de cette première expatriation, les premiers français se lancent dans la compétition sud coréenne.

 

 

Interview de Hajin et Tolki pour leur première année chez T1

 

Breakflip : On a pu te découvrir sur les plus belles scènes esports et plus dernièrement pour les Worlds 2019, quelle a été ta première expérience dans l’esport et comment y es-tu parvenue ?


Hajin : Ma toute première expérience dans l'esport a été les Worlds 2015 à Paris pendant le group stage. J'ai été embauchée en tant que traductrice Anglais/Coréen pour le tournage de Legends Rising après avoir répondu à un message sur leur forum officiel. C'était assez inattendu, j'étais en année de césure à l'époque de mes études d'ingénieur et je jouais à LoL sans suivre plus que ça la scène professionnelle. Un ami de lycée m'a envoyé ce lien, j'ai postulé et j'ai été prise! C'était mon premier pas dans l'esport.

 

 

On t'a connu chez Splyce, vu sur O’Gaming, mais quelle est ta formation initiale et comment en es-tu venu à l'esport ?


Tolki : Mon parcours est pour le moins compliqué à suivre ! J’ai fait une prépa scientifique puis intégré l’École Polytechnique en 2009. En 2010 j’ai commencé à produire des vidéos sur Starcraft 2, dont les fameux Tolki Newbie. Rapidement, j’ai été repéré par aAa et j’ai commencé à streamer sur leur WebTV, tout en continuant ma formation et en me spécialisant dans l'informatique.


En 2012, au retour d’un stage de 6 mois au Japon, O’Gaming m’a recruté pour réaliser du contenu régulier sur League of Legends. Ça a duré jusqu’en 2014, où j’ai décidé de me retirer après avoir commencé à travailler à temps plein. D’abord en tant que consultant puis en tant qu’ « associate producer » chez Ubisoft. Anecdote amusante : c’est Duke qui m’a remplacé quand j’ai quitté Ubisoft, mais je ne l’ai appris que des années après !


Enfin, j’ai déménagé au Japon en 2016, où j’ai créé ma propre équipe : Hokuto Esports. Cette aventure m’a occupé deux ans, de la levée de fonds à notre fermeture en Mai 2018. Après cet échec, j’ai beaucoup réfléchi à mon avenir professionnel car je n’étais pas sûr de vouloir continuer à travailler dans l’esport. Cependant, l’annonce de Duke m’a convaincu de continuer, car j’étais curieux de voir ce que je pouvais apporter à une équipe de LEC avec mon bagage technique.

 

 

Tu es native sud coréenne, comment et quand es-tu arrivée en France et qu’est ce qui t’as amené à travailler autour de l'esport et plus précisément en tant que traductrice ?


Hajin : Je suis effectivement née en Corée du Sud, je suis arrivée à Paris à l'âge de 9 ans avec ma mère et ma soeur, sans connaître un mot de français. C'est un heureux hasard que je travaille aujourd'hui dans l'esport ! La traduction (ou plutôt interprétation devrais-je dire, comme ce sont deux métiers qui demandent des compétences différentes) fait partie intégrante de ma vie. Ma mère ne maîtrisant pas le français, je l'accompagnait partout depuis enfant pour tout type de tâche. Mon tout premier « travail » en tant qu'interprète, était au Cordon Bleu, l'école de cuisine à Paris quand j'avais autour de 15 ans pour une cheffe coréenne ! Puis j'ai été interprète bénévole pendant plus d'un an dans ma communauté protestante où je traduisais en simultané le culte du coréen au français. La traduction représentait pour moi une porte d'entrée dans l'esport par la demande non négligente et finalement peu d'offre en Europe. Des Coréens passionnés d'esport (qui connaissent donc les termes techniques), localisés en Europe et qui font le nécessaire pour se faire connaître, il y en a très peu.

 

 

Tu as été propriétaire d'équipe pendant plus d'un an au Japon. Tu es ensuite devenu « Lead Data Analyst » chez Splyce puis maintenant « Head of Strategy and Analytics » chez T1. C'est un peu un parcours à contre sens sachant que tu as déjà commencé au sommet des structures, pourquoi ce choix de parcours ? Que vises-tu en terme de carrière esport ?


Tolki : Même si j’ai été propriétaire d’une équipe au Japon, c’était incomparable à l’expérience que j’ai eu chez Splyce. Les équipes des ligues majeurs ont beaucoup plus de moyens, de staff, et des joueurs incroyables. J’ai beaucoup appris grâce à ce changement de poste !


Sur le long terme, je souhaiterais un jour retourner vers une position de PDG. Mais je pense qu’aujourd’hui il y a un manque de leaders techniques dans les équipes, et c’est là que je peux avoir le plus d’impact. Je souhaite voir jusqu’où l’on peut pousser l’analyse dans les équipes professionnelles. Il reste beaucoup de chemin à parcourir, et je veux continuer à pousser le domaine vers l’avant. Et puis tant qu’à faire, j’aimerais gagner les Worlds !

 

 

Comment va se traduire le changement de vie pour toi ? As-tu encore de la famille en Corée du Sud ? Est ce que tu as déjà vécu dans la même région ?


Hajin : C'est un nouveau chapitre qui commence! Je n'ai pas vécu en Corée depuis que je l'ai quittée il y a 18 ans. J'ai encore de la famille mais je n'ai jamais vécu à Il-san (là où se trouve actuellement le bureau T1).
 

 

Actuellement tu vis au Japon, comment as-tu vécu le changement entre la France et ici ? Penses-tu qu'il y a beaucoup entre le Japon et la Corée ou est ce que c'est un avantage d'avoir déjà vécu en Orient pour ne pas être trop dépaysé ?


Tolki : J’adore ma vie au Japon et je ne m’imagine pas vraiment retourner en Europe actuellement.
Le Japon et la Corée sont des pays très différents, mais ils ont des liens historiques en terme de culture et même de langue. C’est un peu comme la France et l’Espagne. Avoir vécu au Japon va clairement m’aider à comprendre les joueurs et les coachs, ce qui aurait été beaucoup plus compliqué si j’arrivais directement d’Europe.

 

 

Tu vas travailler en collaboration avec Tolki autour des stratégies. Est ce qu’une partie de ton rôle sera de le former au coréen et de l’aider à communiquer avec les équipes ?


Hajin : Le former au coréen à proprement parler, non, je ne ferais pas de cours. Mais on a déjà mis en place un tableau avec les mots utiles à connaître, et bien sûr je traduis tout entre les coachs et Gary. Il est passé en Corée la semaine dernière pour rencontrer tout le monde et ça s'est bien passé! Les coachs ont même fait des efforts pour essayer de communiquer en anglais.

 

 

En quoi va consister ton rôle au sein de T1 ?


Tolki : Je suis là pour donner aux coachs les informations et les outils nécessaires pour qu’ils fassent leur travail de la façon la plus efficace possible. Mon rôle principal est de supporter l’équipe et de m'adapter à ce dont elle a besoin. Je vais m’adapter aux méthodes de travail des coachs tout en utilisant mon expérience de management pour mettre en place des processus de communication et de prise de décision efficaces. C’est dur de rentrer dans les détails pour l’instant, repose moi la question dans un an !

 


Comment ce transfert a pu être réalisé ? Qui a pris contact en premier et comment ton profil a pu arriver dans les bureaux de l’écurie la plus titrée de l’histoire de LoL ?


Hajin : Une connaissance m'a fait savoir que T1 recrutait du staff pour la nouvelle saison. Je lui ai envoyé mon CV pour qu'elle le transfère au responsable. Une fois ce premier contact établi,  j'ai discuté avec le COO de T1 de mon expérience, de l'esport, nos visions des choses puis avec l'accord de Joe, le CEO, j'ai intégré T1.

 

 

Comment ce transfert a pu être réalisé ? Qui a pris contact en premier et comment ton profil a pu arriver dans les bureaux de l’écurie la plus titrée de l’histoire de LoL ?


Tolki : Sans Hajin, rien n’aurait été possible. Je l’ai rencontrée à Berlin pendant la préparation du summer split, et je lui ai expliqué ce que j’ai mis en place pour Splyce. Son expérience technique lui a permis de comprendre tout ce que l’on pouvait réaliser avec ces outils, et elle était très intéressée. Quand elle a été recrutée par T1 et qu’elle a entendu qu’ils cherchaient un nouvel analyste, elle a tout de suite pensé à moi. Deux semaines après je signais !

 


Pourquoi avoir fait le choix de t’éloigner des plateaux et des scènes esports pour rejoindre une équipe compétitive ?


Hajin : Jusqu’à maintenant j'ai voulu garder ces 2 rôles: un devant la caméra et l'autre dans les coulisses. J'adore la communauté SC2 et Misfits me permettait de continuer à travailler en tant que host/traductrice tant que cela ne se chevauchait pas avec le planning de l'équipe. Quand mon contrat avec Misfits s'est terminé, j'ai beaucoup hésité sur la suite et comment dire... on ne dit pas non à T1 quand on a l'opportunité de travailler avec les meilleurs!

 


Parles-tu déjà coréen ? Est ce que tu as des cours prévu pendant ta collaboration ? Comment vas-tu communiquer avec les joueurs et le staff ?


Tolki : Je ne parle pas du tout Coréen, mais j’apprends en autodidacte ! La grammaire est quasiment identique au Japonais, ce qui simplifie beaucoup les choses. Cependant, j’ai beaucoup de mal à retenir le vocabulaire et je ne pense pas être capable de parler de façon naturelle avant quelques mois. Hajin va beaucoup aider au niveau de la communication, mais je pense que cela va bien se passer vu que je travaillerai principalement à distance.

 


Tu es le premier français à t’expatrier en Corée pour de l’esport sur League of Legends, n’as-tu pas peur d’être spammé par Chips pour récupérer des goodies T1 ?

 

Tolki : Chips a le bon goût de supporter la bonne équipe, il sera remercié en conséquence.

 

 

Avec l’arrivée d’Hajin et Tolki, le staff T1 s’élargit d’avantage. Avec déjà trois étoiles sur le maillot, il est évident que l’objectif de la structure est d’en décrocher une quatrième. C’est également la motivation de nos deux talents français. Ils deviendraient alors les premiers français champions du monde sur League of Legends.

 

guides-saison-10-lol

Tous nos guides de champions sur LoL

index-competitons-lol

Index des compétitons League of Legends

Par Volkatz, le 12/02/2020

Réagissez à ce post