Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

LoL : Power Rankings de la ligue européenne - LEC Spring S9

LoL, esport, LEC, EU, LCS, ranking, power rankings, classement, favoris, Europe, s9, G2, Fnatic, Vitality, Misfits, Origen, Splyce, Schalke, SK Gaming, exceL, Rogue

La LEC est sur le point de reprendre, et nous sommes là pour vous aider à en savoir plus sur le niveau attendu des différentes équipes.

Après presque quatre mois depuis la fin du summer split, la ligue européenne de LoL va enfin reprendre d'ici quelques semaines. Sous un nouveau nom, avec des franchises et plusieurs nouvelles structures, mais également de nouveaux talents, la LEC devrait être bien différente des LCS EU.

En effet, comme à chaque intersaison, toutes les line-ups ont été modifiées, certaines ont été presque entièrement remaniées, tandis que d'autres effectifs ont été construits à partir de rien. Il est facile de s'y perdre, c'est pourquoi nous vous proposons notre power rankings pour le spring split 2019.

 

Afin de vous y retrouver, nous vous recommandons de vous rendre sur notre article dédié au mercato pour connaître chacun des rosters qui sera abordé. 
 

 

Power Rankings Saison 9 G2

 

G2 Esports

Après une performance hors du commun aux Worlds, G2 Esports a exécuté un coup de maître durant l'intersaison. Non seulement ocelote a réussi à recruter le meilleur midlaner européen, Caps, mais il a également conservé le deuxième meilleur. Si Perkz risque de prendre du temps pour s'adapter à son nouveau rôle d'ADC, il faut rappeler qu'il semblait déjà à l'aise sur Kai'sa et Xayah durant la saison 8 au sein des funnel comps. De plus, il pourra compter sur le soutien d'un autre nouveau venu, Mikyx, réputé pour ses mécaniques et son excellente phase de lane, mais également de Krepo en tant que manager pour accompagner sa transition.

Enfin, aux vues de la méta actuelle qui semble encore similaire à celle des Worlds, le simple fait d'avoir le meilleur topside de la ligue avec le trio Wunder/Jankos/Caps suffit à placer G2 en tant que favoris de la LEC.
 

 

Power Rankings Saison 9 Vitality Fnatic

 

Team Vitality

Le spring split est généralement une période où les formations qui sont restées soudées durant l'intersaison brillent. C'est ce qu'avait prouvé la line-up Vitality de 2018, composée de quatre anciens membres de Giants Gaming, et qui avait connu un départ canon malgré la présence de trois rookies. Cette année, ce sont encore quatre joueurs qui sont restés unis après avoir terminé à la deuxième place du summer split et s'être qualifiés aux Worlds. Seul Kikis a été remplacé par Mowgli, l'ancien jungler d'Afreeca Freecs, réputé comme l'un des meilleurs talents que la LCK a produit au cours des deux dernières années. Si ce dernier arrive à s'intégrer à l'équipe, celle-ci pourrait continuer sa folle progression sous la tutelle de YamatoCannon. 

 

Bien que la communication ne soit sans doute pas parfaite au début, il semblerait que Mowgli est déjà capable de comprendre et de parler anglais

 


Fnatic

Les finalistes des championnats du monde de LoL ne sont pas en tier S ? Comme Vitality, les hommes en orange ont su garder quatre joueurs qui sont parvenus à réaliser la meilleure performance internationale d'une équipe occidentale depuis des années. Pour être précis, l'Europe n'était pas allée en finale des Worlds depuis la saison 1, alors que sOAZ participait déjà. Toutefois, la perte de ce dernier, ainsi que de son midlaner star, Caps, pourrait coûter cher à Fnatic en 2019. S'il est évident que Broxah et Rekkles sont toujours les meilleurs de la ligue à leur position, tout dépendra de la marge de progression de Bwipo, et du nouveau venu : Nemesis. S'il se révèle être le leader d'une nouvelle génération de rookies midlaners talentueux, alors les champions en titre pourraient défendre leur trône.
 

 

Power Rankings Saison 9 Misfits Origen Splyce


Misfits Gaming

Misfits a décidé d'investir massivement pour créer une « super team ». Le roster a presque été entièrement reconstruit, ne gardant que Maxlore et Hans sama, et faisant venir deux anciens membres de Fnatic, sOAZ et Febiven. Si le premier devrait amener une certaine stabilité à l'équipe, notamment au mid et late game, le midlaner hollandais n'a pas fait une année 2018 formidable lors de son passage en LCS NA. Enfin, la dernière pièce du puzzle n'est autre que GorillA, support légendaire anciennement chez KING-ZONE DragonX. Pourtant, malgré cette volonté évidente de construire un effectif capable de remporter la LEC, il faudra sans doute plusieurs mois pour le voir fonctionner, et il est également possible que les pièces du puzzle ne trouvent simplement pas leur place.

 

Lire aussi : Misfits, une line-up trop hype ?

 

Origen

Il s'agit de la première « nouvelle » franchise de la liste, et elle parvient à se hisser dans le haut du classement ! Si « nouvelle » est entre guillemets, c'est que le nom d'Origen n'est pas inconnu des fans, et pour cause, l'organisation d'xPeke évoluait déjà en LCS EU dès 2015. Pourtant, avec sa fusion avec le groupe RFRSH, c'est une toute nouvelle structure qui a vu le jour, en recrutant des grands noms de la ligue européenne, comme Nukeduck, Mithy ou encore Alphari. Si sur le papier, cette line-up semble être en mesure de concurrencer le top 3, et ce en partie grâce à la présence de Guilhoto, ancien coach de Schalke, de Deficio, ainsi que des infrastructures procurées par Astralis, il n'y a aucune synergie évidente entre les joueurs. Mise à part Mithy et Nukeduck qui jouaient ensemble chez Lemondogs en saison 3, cette équipe part de zéro et pourrait mettre du temps à trouver son alchimie.

 

 

Splyce

Splyce n'a pas raté les playoffs depuis le summer split de 2016, il est donc justifié d'imaginer qu'elle devrait continuer sur cette lancée. L'équipe a toutefois changé trois joueurs durant l'intersaison, accueillant ainsi Vizicsacsi qui a toujours été une version plus régulière d'Odoamne et Norskeren qui a montré sa valeur chez ROCCAT en 2018. Le point d'interrogation de cette line-up est toutefois la présence d'Humanoid, l'ancien midlaner de Millenium. Encore inexpérimenté, il est difficile de savoir à quelle vitesse il s'adaptera à la LEC, et si son niveau sera suffisant pour faire de Splyce un concurrent pour le titre. De plus, le style de jeu de 2018 qui était axé autour du mid/late game ne fonctionnera sans doute pas dans la méta actuelle, il faudra donc essayer autre chose pour les serpents.

 

 

Power Rankings Saison 9 Schalke

 

Schalke 04

Après une deuxième place aux playoffs du summer split, le club allemand a décidé de remanier presque entièrement son roster. Seul Upset reste, aux côtés de quatre nouveaux coéquipiers, dont Odoamne et Abbedagge, qui seront probablement moins efficaces que leurs prédécesseurs. Si le premier a déjà été évoqué, le second est le dernier rookie midlaner de ce split. Ancien de Vitality Academy, le joueur allemand devra faire ses preuves s'il veut remplacer le monstre qu'était Nukeduck. De plus, malgré la hype autour de son retour, IgNar a été extrêmement médiocre durant son passage chez bbq Olivers. Une lueur d'espoir existe toutefois pour les fans de Schalke, en la présence de Memento et d'Upset, deux noms qui se sont démarqués par leur performance en 2018, mais également de Dylan Falco, ancien coach de Fnatic.
 

 

Power Rankings Saison 9 Rogue SK Gaming exceL

 

Rogue

En tant que nouvelle structure en LEC, Rogue a fait le choix d'investir dans des « valeurs sûres ». En conséquence, la line-up ressemble à ROCCAT 2.0, en conservant notamment HeaQ, Profit et fredy122 dans le rôle de coach. A leurs côtés ne sont présents que des joueurs expérimentés mais qui n'ont jamais figuré parmi les meilleurs à leur position. Et c'est le problème majeur de ce roster : qui sera le carry ? Sencux a eu une année 2018 très difficile chez Misfits où il a été relégué au rôle de mage soutien, et HeaQ n'a jamais réellement eu d'énorme impact sur les parties. Si Kikis et Wadid sont reconnus pour leur agression en début de partie, cette pratique risque d'être difficile sans lanes dominantes ni synergie particulière. 

 

 

SK Gaming

De son côté, SK Gaming fait son retour sur LoL avec une philosophie très différente de celle de Rogue. Pour rappel, SK était une organisation européenne majeure de la scène de 2011 à 2015, période durant laquelle elle s'est faite reléguer. Réputée comme une structure qui n'a jamais voulu investir massivement dans son roster, elle continue sur cette voie pour la saison 9 en recrutant trois anciens membres de la formation espagnole MAD Lions, ainsi que l'ancien support de Vitality Academy, Dreams, et l'ancien midlaner suppléant de SKT, Pirean. Avec deux rookies et deux joueurs qui n'ont fait que de courtes apparitions en LCS, le manque d'expérience les amène si bas dans le classement. Pourtant, avec une alchimie déjà existante entre trois des joueurs, cette équipe pourrait possiblement être la Vitality de 2019, il faudra donc la surveiller de près.

 

Lire aussi : Les rookies à surveiller lors du LEC Spring 2019

 

 

exceL Esports

La dernière équipe de ce power ranking est également l'organisation la moins connue de celles qui ont été sélectionnées pour les franchises. En effet, exceL n'était jusque-là qu'une petite structure britannique, mais pour son arrivée en LEC, elle a décidé d'investir dans des noms déjà établis. Ainsi, on peut retrouver kaSing, Exileh, ou encore Expect dans la line-up, mais ces noms ne sont pas nécessairement un gage de qualité. En effet, le support et le midlaner sont réputés pour leur manque de régularité et leur champion pool questionnable, tandis qu'Expect n'a pas joué en LCS depuis 2017. A leurs côtés, Caedrel était encore un rookie midlaner il y a un an avant de changer de rôle en cours de saison durant le naufrage de H2K. Enfin, Jeskla, ancien ADC de la scène espagnole au sein de Movistar Riders est un réel point d'interrogation. En conséquence, il est difficile d'avoir énormément d'attentes pour le premier split de cet effectif.

 

 

Evidemment, notre classement n'est qu'un aperçu de ce à quoi la ligue pourrait ressembler d'ici la fin du spring split. Le niveau européen est généralement homogène en début d'année, et il est difficile de savoir à l'avance quelle formation réussira à créer la surprise. Pour rappel, en 2018, seules deux victoires séparaient les équipes en 5e et 10e position à la fin de la saison régulière.

 

Une chose est certaine toutefois, cette nouvelle saison s'annonce plus excitante que jamais. Après la performance phénoménale de l'Europe lors des Worlds, la LEC va devoir montrer une fois de plus qu'elle se place parmi les meilleures ligues du monde, et de nouveaux talents sont au rendez-vous pour tenter de remplacer la génération précédente. Alors préparez votre popcorn, et ne manquez pas la reprise de la compétition, qui aura lieu le 18 janvier.

Par Sting, le 13/01/2019

Réagissez à ce post