Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

LoL : Rencontre avec Manaty, le nouveau jungler de Solary en LFL

Manaty, Solary, Jungle, jungler, league française de LoL, LFL, League of Legends, LoL, Interview, Questions, Infos.

Qui est donc Manaty, le nouveau joueur de Solary ? Alors qu'il était encore inconnu du grand public il y a seulement quelques semaines, ce jeune jungler de 17 ans, qui n'a pour le moment jamais participé à aucune compétition, a été recruté par l'équipe de streamers, ce qui a créé la surprise. Pour lever le mystère et en découvrir un peu plus sur lui et ses objectifs, nous sommes allés lui poser quelques questions.

Cela fait déjà deux semaines que la LFL a commencé quand nous partons à la rencontre de Manaty, ce challenger 600 LP dont personne n'avait encore entendu parler. Forcément, après ses 4 défaites, la première question qui vient à l'esprit est de savoir s’il n'est pas trop déçu par les performances de son équipe. Étonnamment, c'est sereinement qu'il répond : « Un peu, mais ce n'est que le début, on est une nouvelle équipe, il va nous falloir du temps ». Déjà, le sujet n'est pas tabou, ce qui nous rassure un peu. Il nous explique alors que lui et Solary étaient préparés à l'idée de perdre leurs premières parties, puisque l'équipe n'a été formée que très tardivement par rapport aux autres, notamment GamersOrigin qu'ils ont affronté dès les premières semaines. Cependant, rien d'alarmant de son côté, et les résultats arriveront par la suite, quand l'équipe aura plus d'entraînement. En attendant, on le sent réellement content de participer à cette compétition qui donne de la visibilité aux joueurs et qui peut devenir un véritable incubateur.

 

« La LFL est une ligue qui va permettre de développer l'esport en France, et c'est quelque chose que tout le monde attendait. Avec tous les matchs streamés, on va pouvoir découvrir de nouveaux talents qui pourront ensuite être recrutés dans des teams. »

 

 

Un changement total d'environnement

 

Mais finalement, comment un inconnu a réussi à intégrer une équipe du top 8 ? C'est apparemment en soloQ que le charme a opéré, et que Chap, à force de tomber contre lui, s'est intéressé à son potentiel. En pleine recherche d'un jungler qui pourrait remplacer Skeanz, il parle aux autres membres de Solary de ce joueur français qu'il rencontre dans ses parties et qui pourrait éventuellement correspondre aux attentes exigées. Finalement, Manaty réussit l'étape des tryout et se fait officiellement recruter, malgré une absence d'expérience qui lui fait défaut. Toutefois, pour lui et ses acolytes, pas d’inquiétudes à avoir : « On veut jouer la LFL sur le long terme. Au début, on va peut-être perdre, mais au final, ça devrait bien se passer ». On l'aura compris, Manaty est vu comme un investissement sur l'avenir, et un véritable pari a été fait sur la progression de son teamplay.

 

Solary LFL LoL Manaty
 

 

Ainsi, les heures de soloQ obligatoires pour maintenir le niveau de jeu sont accompagnées de 3 heures de scrims quotidiens pour entraîner l'équipe à jouer ensemble. Actuellement, c'est sur la communication que l'équipe travaille. En effet, d'après lui, les « calls » sont le plus gros point faible de l'équipe, puisqu'aucun shotcaller ne se dégage particulièrement, et qu'arrivé en midgame, aucune personnalité ne se détache du reste pour prendre les décisions. Un problème de taille vu qu'à chaque instant décisif, un moment de flottement apparaît et de précieuses secondes sont perdues. Pire, les joueurs de l'équipe n'écoutent pas les mêmes indications : « Sur le vocal, on est vraiment très indécis. Si on veut faire un call, il y en a deux qui vont le suivre, et les trois autres vont faire autre chose. Plutôt que de dire « on fait le drake ? » il faut qu'on apprenne à dire « on fait le drake » et que cela ne soulève aucun débat ». On commence donc à comprendre pourquoi Solary a eu un début de LFL difficile et que le decision making semblait bancal sur certaines parties.

 

« Pour le moment, c'est moi qui lead l'early game, mais en mid game, c'est un peu tout le monde qui intervient et on a vraiment un problème au niveau de la vision et des macros, c'est ça qui fait qu'on lose la plupart de nos games. »

 

Et puis, au-delà du teamplay, c'est également le fait d'être sur le devant de la scène qu'il faut arriver à gérer. En effet, difficile d'être aussi serein dans son gameplay lorsque l'on passe de sa chambre d'enfant à une scène, accompagnée d'une retransmission devant plusieurs dizaines de milliers de viewers. La sensation de jouer dans la cour des grands est présente, et forcément, la pression aussi. C'est à l'étape du maquillage qu'il réalise enfin ce qu'il lui arrive, et il lui faudra désormais apprendre à gérer sa nouvelle vie qui semble bien loin de celle qu'il vivait encore quelques semaines auparavant. Ainsi, même s'il s'était déjà habitué aux sacrifices de certains aspects de sa vie sociale pour jouer et donc de « rater des soirées pour aller en soloQ », devoir tourner des vidéos ou faire des séances photos est encore tout récent pour lui. Un peu de stress supplémentaire donc, mais également un facteur de motivation puisqu'il sait qu'il a désormais un public qui le suit et qu'il ne doit pas décevoir.


 

Des ambitions de top 3

 

Alors, à quoi peut-on s'attendre pour la suite ? Déjà, les ambitions sont claires : « On peut vraiment viser le top 3, ça va être difficile, mais c'est faisable ». Évidemment, ce classement ne peut pas s'atteindre sans progression, mais encore une fois, Manaty est serein, notamment grâce à Caëlan qui sait remotiver les LoL League of Legends LFL Solary Manatytroupes et trouver les mots pour leur donner confiance en eux. Cependant, quelques obstacles sont encore à surmonter, principalement l'affrontement imminent contre Vitality.Bee, qui est le match le plus stressant pour le jeune jungler français. En effet, pas facile de devoir défier celui avec lequel tout le monde a tendance à le comparer, c'est-à-dire son prédécesseur, Skeanz :  « Vu que mes mates ont joué avec lui, je subis forcément la comparaison et j'ai peur d’int la game et que ça pose quelques problèmes ». Pourtant, ce n'est que top 4 qu'il voit cette équipe finir, le réel adversaire étant LDLC à qui il prédit la première place. En cause, Djoko, ancien joueur LCS, qui reste le meilleur jungler français en termes de teamplay selon notre intéressé. 

 

Certaines équipes devraient tout de même permettre à Solary de remonter la pente pendant cette LFL. Il nomme notamment aAa et MCES qui, comme eux, se sont finalement formés il n'y a que très peu de temps et qui n'ont donc encore pas un teamplay vraiment solide. Pourtant, on est obligé de penser à la défaite très récente contre cette dernière : pas d'inquiétude du côté de Manaty qui est persuadé de les « stomp » sur le long terme. Ainsi, il admet que trop d'erreurs individuelles ont été faites pendant ce match, et que de son côté, le pick du Kha'Zix par Aesthetic lui a été fatal : « Ça fait plus de 300 soloQ que je ban ce champion, j'ai oublié comment jouer face à ça ». À voir donc si, pendant leurs prochains affrontements, Caëlan prendra note de cette information durant la phase de picks et bans.


 

« Contre MCES, on a vraiment fait des erreurs individuelles et surtout, on a pas joué en équipe, c'est ça qui nous a coûté la game.»

 

D'ailleurs, pour ses prochains pick, à quoi peut-on s'attendre ? On le comprend très rapidement, Udyr reste le champion qu'il préfère jouer, mais, puisque les équipes ennemies ont décidé de le bannir systématiquement, il va falloir s'entraîner sur d'autres personnages. On devrait ainsi voir Manaty se concentrer sur les champions forts du moment et qui s'adaptent à la méta actuelle, comme Xin Zhao, Kha'Zix, Camille, ou encore Sejuani qui lui a été demandée par ses coéquipiers. Rien de très surprenant donc, Solary ayant manifestement choisi la voie de la sécurité pour atteindre son objectif visé. Il ne reste plus qu'à voir dans le futur si cette stratégie sera payante.


 

Streamer ou joueur pro ?

 

Et finalement, quel avenir pour le jungler français ? En intégrant une structure dont l'activité principale est le streaming, la question est de savoir si, dans un futur proche, les viewers auront la possibilité de le voir sur des créneaux de la web TV. À cela, il nous rétorque que pour le moment, sa priorité est de « perf » et qu'il n'est pas prévu de le voir dans la programmation dans les semaines à venir. Cependant, il reste tout de même bien conscient que Solary est une structure excellente pour donner de la visibilité et ne rejette pas l'idée de devenir streamer si finalement son ambition de devenir joueur pro venait à disparaître. On surveillera donc de près les résultats de ce jungler et ses performances durant cette LFL qui devraient être décisives pour le reste de son parcours.


 

« Soyez prêts pour la suite »

 

On l'aura compris tout au long de cette entrevue, pour le moment, Manaty et ses équipiers ne sont pas prêts de s'avouer vaincus et comptent bien surprendre le public en remontant le classement. La motivation qui semble être restée intacte même après ces deux premières semaines de compétitions houleuses devrait leur permettre de remettre le pied à l'étrier et, ils l'espèrent, de remporter leurs prochains matchs à venir.

 

- Article par FizRiwer.

lol-esport-competition-2019-ligues-classement-calendrier

Retrouvez toutes les grandes ligues mondiales

Réagissez à ce post