Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

LoL : G2 Esports, un pari réussi - LEC 2019

League of Legends, LoL, G2, LEC, Saison 9, Spring, Caps, Perkz, Jankos, Wunder, Mikyx, ADC

Après trois semaines de compétition, G2 Esports reste invaincue en LEC. Focus sur les raisons de ce succès.

Après une demi-finale aux Worlds, le recrutement de Rasmus « Caps » Winther et de Mihael « Mikyx » Mehle, et après la transition de Luka « Perkz » Perković de midlaner à ADC, beaucoup d'engouement a été créé autour de G2 Esports. Tellement qu'il était même légitime de se demander si la « super team » n'aurait pas des difficultés à satisfaire les attentes incroyables qui pesaient sur ses épaules.

 

En seulement trois semaines, les samouraïs ont fait passer un message limpide : non, la hype n'était pas disproportionnée. Alors que la LEC est très compétitive depuis son lancement, seule G2 reste invaincue. Pourquoi cette line-up fonctionne-t-elle ? Comment l'arrêter ? Nous vous apportons des éléments de réponse.

 


Perkz fait taire ses détracteurs

 

Perkz sera-t-il un bon ADC ? Voilà probablement la question qui était sur le bout des lèvres de milliers de spectateurs après qu'il ait annoncé son changement de rôle. En effet, pour la plupart des joueurs de LoL qui ont suivi une direction similaire, la période de transition a duré au moins quelques mois. Mais l'ancien midlaner de G2 n'est certainement pas n'importe qui, et il le prouve déjà.

 

Aidé par son expérience préalablement acquise au cours de la « funnel méta » durant laquelle il jouait des tireurs, et par les formidables capacités de son partenaire, Mikyx, sa phase de lane n'a rien à envier aux autres ADC de la ligue. Et passé ce début de partie, Perkz réussit à infliger énormément de dégâts dans les teamfights.
 

ADC Perkz Infographie G2

Non content d'être premier en dégâts par minute, il est très loin devant le deuxième, Upset, qui n'est qu'à 587.

 

Evidemment, le fait d'être dans une équipe qui est encore invaincue aide grandement à booster les chiffres, mais pour un joueur qui jouait encore à un autre rôle il y a seulement quelques mois, ceux-ci restent toutefois époustouflants. En effet, Caps était attendu comme le carry principal de la line-up aux vues de son titre de MVP du summer split 2018, mais c'est en réalité Perkz qui porte les teamfights avec un DPS constant. 


Comme un poisson dans l'eau

 

Après que Caps ait quitté Fnatic, Martin « Rekkles » Larsson a déclaré : « Je pense qu'il ne réalisait pas à quel point Broxah et Hylissang le babysittaient. (...) Je ne pense pas que ça sera le cas chez G2. », insinuant qu'il serait dans un environnement moins favorable dans sa nouvelle équipe. Il semblerait qu'il n'en est rien, et que le midlaner est toujours le meilleur joueur d'Europe. 

 

A l'instar de Mads « Broxah » Brock-Pedersen, Marcin « Jankos » Jankowski est très habitué à jouer pour son midlaner, et le duo qu'ils forment a déjà trouvé une certaine alchimie, réalisant souvent des ganks combinés à la toplane. Mais outre cette synergie en jeu, il semblerait que l'ambiance de l'organisation lui convienne parfaitement.
 

Malgré quelques atteintes à son intégrité physique, Caps semble déjà très complice avec Perkz.
 

Sur LoL comme en sport, un collectif ne fonctionne pas si les joueurs n'ont pas confiance entre eux, c'est pourquoi l'atmosphère générale est primordiale. Non seulement les coéquipiers de Caps lui font confiance en lui accordant beaucoup de ressources et d'attention sur sa lane, mais il peut également reposer sur eux pour le porter lorsqu'il décide de « int » une partie

 

Enfin, le champion pool important de Caps est une force qui est exploitée à son maximum chez G2. En effet, la méta actuelle qui est très axée sur les flex picks, ces personnages qui peuvent être joués à différentes positions. Le fait que Martin « Wunder » Hansen, Caps et Perkz partagent certains champions (Akali, Aatrox, Zoe, Urgot…) donne une réelle liberté à l'équipe durant la phase de draft.

 

Des faiblesses difficiles à exploiter

 

Malgré des individualités qui sont toutes dans le top 3 de la LEC à leur position, G2 peut tout de même être mise en difficulté. Avec des joueurs au tempérament si confiant, parfois à la limite de l'arrogance, il leur arrive de vouloir abuser de leur position et de se mettre dans des situations délicates. C'était par exemple le cas contre Excel lors de la deuxième semaine, où un tower dive très prévisible leur a coûté énormément.
 

G2 n'a pas respecté la mobilité globale de la composition Excel, ce qui les a mis dans une situation délicate pour le reste de la partie.

 

A l'instar de Fnatic en 2018, G2 peut également avoir des difficultés lorsque Caps est pris pour cible par l'équipe adverse. Contre Splyce par exemple, la présence de Shen, Alistar et Aatrox, couplée à un focus important sur la midlane par Andrei « Xerxe » Dragomir, ont bien neutralisé la Leblanc de Caps. Heureusement pour lui, ses coéquipiers ont réussi à carry pour lui.

 

En effet, même lorsqu'un adversaire arrive à prendre l'avantage contre les samouraïs, la moindre erreur peut être fatale. Avec les mécaniques incroyables de la line-up, même des défaites successives lors des escarmouches ne suffisent généralement pas à leur donner un réel retard de gold. De plus, chacun des joueurs est capable d'un outplay pour retourner le cours d'un teamfight et remonter une partie en mauvaise posture.
 

Il n'aura fallu que d'une seule action, Perkz qui explose le blast cone et isole Kobbe, pour remporter l'ultime teamfight contre Splyce.

 

La formation n'est toutefois pas immortelle. Si une équipe parvient à suivre les pas de celles citées plus haut, sans relâcher la pression, ni faire d'erreurs en teamfights, G2 peut tomber. La saison étant composée de BO1, un pick inattendu pourrait également mettre fin à la série de victoires de l'organisation de Carlos « ocelote » Rodríguez Santiago.

 


Winter is coming, et G2 vient récupérer son trône. Après quatre splits consécutifs remportés par le club espagnol en 2016 et 2017, et maintenant que Fnatic est au plus bas, la voie semble plus libre que jamais pour reprendre le titre de champion d'Europe. A ce stade, la possibilité d'un split parfait n'est pas à exclure tant les coéquipiers de Perkz semblent imprenables. Il faudra toutefois faire attention cette semaine, car c'est Vitality, actuellement en deuxième place, qui se dresse sur leur chemin vendredi dans une rencontre à ne pas rater !
 

 

lol-esport-planning

Suivez toutes les compétitions de LoL

Par Sting, le 06/02/2019

Réagissez à ce post