Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

LoL : Misfits, une line-up trop hype ? - LEC 2019

LoL, LEC, Misfits, joueur, lineup, roster, sOAZ, GorillA, Hans Sama, Febiven, League of Legends,

Le récent recrutement de Misfits pour la saison 2019 de la LEC a particulièrement hypé les fans. À raison ?

La nouvelle est tombée en milieu d’après-midi : le support coréen Beom-hyeon « GorillA » Kang, multiple vainqueur de la LCK et considéré comme l’un des meilleurs joueurs du monde à son poste rejoint Misfits. Après les recrutements de Paul « sOAZ » Boyer et de Fabian « Febiven » Diepstraten, ainsi que la prolongation de contrat de Nubar « Maxlore » Sarafian, l’organisation termine la formation de son cinq de départs déjà composé de Steven « Hans Sama » Liv.

 

Dès l’annonce la hype, déjà bien présente depuis la veille et le recrutement du vétéran français, s’empare des réseaux sociaux. En effet sur le papier l’effectif est l’un des plus prometteurs que l’Europe ait connu : le meilleur toplaner occidental de l’histoire, un des meilleurs junglers européens, un prodige de la midlane de retour sur le vieux continent après une expérience en Amérique du Nord, un ADC promis à un grand avenir et le support le plus expérimenté du circuit mondial. Le titre, ou à minima un podium, paraît promis à cette équipe aux allures de superteam, et ce avant même le début de la saison et l’officialisation des autres rosters. Après tout qu’est-ce qui pourrait mal se passer quand tant de talent est réuni dans une seule équipe ?

 

 


Revenons en arrière, plus précisément un an jour pour jour. Une autre organisation américaine, cette dernière évoluant au sein des LCS NA contrairement à Misfits qui a choisi l’Europe, dévoile son roster pour la saison à venir, la première franchisée outre-Atlantique. L’équipe se compose alors du meilleur toplaner résident, Kevin « Hauntzer » Yarnell, du jeune prodige de la jungle Mike « MikeYeung » Yeung, du meilleur joueur de l’histoire de la compétition Søren « Bjergsen » Bjerg, ainsi que de la meilleure botlane occidentale, Jesper « Zven » Svenningsen et Alfonso « Mithy » Aguirre Rodríguez. Sans oublier l’arrivée d’un coach reconnu, passé par ROX Tigers et Immortal, Kim « SSONG » Sang-soo. TSM semble n’avoir, sur le papier, aucun concurrent de l’annonce du recrutement de l’ex-botlane de G2 à la fermeture du mercato.

 

La suite de l’histoire, vous la connaissez. Le collectif ne parvient pas à trouver une quelconque synergie, les individualités ne donnent pas satisfaction et, tandis que les semaines passent, le besoin de résultat se fait sentir. Le management de l’organisation met alors en retrait le head coach, le plus gros salaire pour le membre d’un staff en NA, jugé comme principal responsable des problèmes de l’équipe, et fait appel au jungler de son équipe Academy pour tenter de calmer l’hémorragie, en vain. TSM ne participe à aucune finale des LCS et pour la première fois de son histoire ne se qualifie pas aux Worlds. L’échec est total.

 

 

Cette histoire, nous pouvons la répéter avec un certain nombre d’équipes dans l’histoire du jeu. Elements en 2015, KT Rolster en 2017, OMG en 2015, Royal Never Give Up en 2016, Team Vitality en 2016, Kingzone DragonX en 2018 … Assembler un ensemble de bons joueurs n’est en aucun cas la garantie d’un succès, d’autant que pour la plupart des éléments de cette formation de Misfits, des réserves peuvent être émises à juste titre.

 

La première concerne bien évidemment Febiven. Membre de la mythique équipe de Fnatic en 2015, il s’impose comme l’un des meilleurs midlaners du monde. Mais depuis, sa carrière n’a fait au mieux que stagner. Son année 2016 est très difficile et voit Perkz prendre la place de numéro un en Europe. Il rejoint ensuite H2K en 2017 pour une expérience mitigée, et cette saison il a tenté de se relancer du côté de Clutch Gaming, où son talent lui a permis de parfois surnager. Mais il s’est placé dans le ventre mou des midlaners NA. Si ses prédispositions pour LoL sont indéniables, Febiven n’est malheureusement plus à son meilleur niveau depuis maintenant trois ans.

 

Febiven n'aura pas vraiment connu le rêve américain avec Clutch Gaming (Crédit photo : lolesport)

 

 

Pour le reste de l’équipe, le constat est légèrement similaire. sOAZ a dû faire face à une blessure à la fin du Spring Split, le privant au passage de MSI, puis à la concurrence de Bwipo pour le poste de titulaire. C’est finalement le joueur belge qui sera préféré durant la majorité du mondial. De son côté, Hans Sama était attendu en comme la future référence européenne au poste d’ADC, tout comme Maxlore pour les junglers. À l’image de leur formation, ils ont connu une saison difficile durant laquelle aucun des deux n’a confirmé les attentes placées en eux, notamment le joueur français qui n’a montré aucun signe de progression. Enfin GorillA a pris part au Summer Split très particulier de Kingzone DragonX. L’équipe n’a jamais semblé s’être remise de son échec au MSI, traversant la fin de saison coréenne sans briller, avant de s’effondrer en finale du Regional Qualifier face à Gen.G. Si le support coréen n’est pas à blâmer, ses performances ont été assez loin de ses standards.

 

 

Au final faut-il être hype par cette équipe Misfits ? Oui, car jamais l’Europe n’a connu la présence d’un joueur du calibre de GorillA, et à son plein potentiel, cette équipe pourrait être l’une des meilleures que le vieux continent ait connue. Mais il faut également relativiser sur l’état de forme actuel des joueurs, et peut-être ne pas en attendre trop, afin que cette hype ne se transforme en déception.

 

Par ZlatanOvic, le 23/11/2018

Réagissez à ce post