Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

Worlds 2019 : Interview Alban Dechelotte, le LEC, TFT et la conférence de presse de la finale à la Tour Eiffel

Worlds, 2019, Paris, Village, Esport, League of Legends, Lol, LEC,

À l'occasion des quarts de finale des Worlds à Madrid, nous avons pu nous entretenir avec Alban Dechelotte de Riot Games.

2019 était l'année de tous les défis pour Alban Dechelotte, responsable sponsoring de Riot Games. Le challenge est réussi pour le LEC, qui parvient à remplir et même surpasser toutes les attentes. Deuxième défi, non des moindres : organiser la finale des Worlds qui se déroulera dans quelques jours à Paris...

 

 

Cette année, le LEC est né. Que retiens-tu de tous ces premiers mois ?

 

Pour nous, c'est un véritable conte de fées. Le challenge était de taille : on abandonnait une marque très forte, les « EU LCS », et on recréait une toute nouvelle marque à partir de zéro.

 

La connexion s'est tout de suite faite, et nous avons eu de nouvelles équipes et un univers graphique propre qui a réussi à convaincre.

 

Cette année, on a eu presque plus de 30% d'audience en plus. Notre objectif, c'est qu'à terme 100% des joueurs de League of Legends regardent aussi les compétitions et l'esport.

 

Pour ça, on fait des contenus autour des grosses équipes comme G2 Esports ou Fnatic, mais on crée aussi du contenu comme « Jouer un champion comme Xerxe ». Les casteurs sont également de la partie et ça fait partie du contenu proposé plus fun. Ça nous permet de présenter l'esport différemment.

 

 

 

Comment organisez-vous le planning des matchs ? On remarque que des équipes comme Fnatic ou G2 Esports jouent souvent en fin de soirée par exemple.

 

Concernant la répartition de l'antenne, ce n'est pas un hasard que les équipes phares jouent toujours en dernier ! En fin de journée, on rentre en connexion avec le public américain. L'objectif c'est de créer le maximum d'engagement, donc on cherche à proposer des matchs avec des marques que le public connaît. Ce n'est pas dans un but marketing, c'est plus pour répondre à la demande du public.

 

Forcément, les spectateurs ont leur équipes favorites. Les écarts d'audience sont significatifs et dépendent de quelles équipes jouent. C'est aussi pour ça que certaines équipes sont plus mises en avant que d'autres par notre production. Par exemple, Splyce était peut-être moins mise en avant, mais ils ont réussi à construire une personnalité autour de ce rôle de Calimero.

 

Aujourd'hui ils sont en quarts de finale des Worlds et leur match contre SKT est l'un des matchs qui a été le plus suivi dans le monde de l'histoire !

 

Au début du LEC, on avait besoin de réinstaller les rivalités, donc G2 Esports et Fnatic étaient importants pour ça. Mais petit à petit, chaque marque a réussi à trouver son positionnement.

 

 

Teamfight Tactics est très populaire depuis sa sortie. Allez-vous créer une scène esport autour de ce jeu ?

 

Il faut laisser le temps aux jeux de s'installer. C'est aux joueurs de décider. Si la popularité continue à grandir et que le jeu est bien équilibré pour les compétitions, il y a aura sûrement des compétitions organisées. On test déjà l'appétence avec des streamers, notamment avec Twitch Rivals ou des tournois organisés par Solary.

 

On est précurseur mais aussi très à l'écoute de ce que les gens veulent. Avec tout le catalogue qui s'est déployé, on a pleins d'idées et d'envies mais ça sera aux fans de décider.

 

 

 

A l'occasion de la finale des Worlds à Paris, un village esport est organisé en partenariat avec la ville de Paris. Que peut-on attendre de cet événement ?

 

Il y a un peu près 1 an et demi, quand on réfléchissait à une ville pour accueillir la finale des Worlds, la Mairie de Paris est venu avec ce projet de village esport. Ça a bien évidemment été l'un des critères qui nous a convaincu de faire la finale à Paris. Comme pour les grands événements sportifs, un village pour les fans va être mis en place. C'est aussi une occasion de faire découvrir l'esport en général. Le public parisien pourra rencontrer les associations et les clubs locaux. Il n'y aura pas que League of Legends.

 

Ce modèle fonctionne déjà très bien pour le LEC. Lors des finales à Rotterdam et à Athènes, nos partenaires organisaient des animations pour les fans. Là, ce qui est super c'est que ça va durer plusieurs jours : du mercredi 6 novembre au dimanche 10 novembre ! Il y aura une grande viewing party pour la finale. C'est la première fois qu'il y a un village créé au delà et autour de l’événement.

 

 

Mais ce n'est pas tout car la conférence de presse des équipes de la finale aura lieu au premier étage de la Tour Eiffel. Étant français, c'est une grande fierté de pouvoir !

 

La Tour Eiffel a eu une belle expérience par le passé avec des streamers, et ils ont souhaité renouveler l'expérience avec nous. Nous aurons accès au plus beau salon de la Tour Eiffel pour présenter le trophée : le salon Gustave Eiffel au première étage. Les fans et les journalistes seront également invités le vendredi de la conférence de presse pour admirer le trophée.

 

 

Pour rappel, la finale se déroulera le dimanche 10 novembre !

 

Toutes les infos sur les Worlds 2019

Par Mistilena, le 01/11/2019

Réagissez à ce post