Création de compte

Se connecter

Guides

Voir plus de guides

Articles

Voir plus d'articles

Utilisateurs

Voir plus d'utilisateurs

Esport : Les défis des associations de joueurs et agences de talents

esport, lol, lcs, owl, league, CSGO, joueurs, pro, association, agent, contrat, salaire,

Vu la croissance de compétitions et jeux comme les LCS, l'OWL ou encore CS:GO, les associations de joueurs et les agences de représentations sont désormais des éléments incontournables de l'écosystème esport.

Alors que le format des ligues franchisées s’exporte désormais sur plusieurs jeux (LoL, OW, Smite, H1Z1…) à travers le monde et que les revenus de ces différents championnats augmentent chaque année, il devient nécessaire de mieux encadrer et protéger les joueurs professionnels. Si les premières associations de joueurs voient tout juste le jour, ces initiatives pèsent encore trop peu pour réussir à créer un cadre où les joueurs peuvent faire valoir leurs droits face aux organisations ainsi que face aux éditeurs.

 

Au moment où beaucoup de fans constatent la professionnalisation de l’esport via l’arrivée d’investisseurs issus du monde du sport, ce phénomène se mesure également par la croissance fulgurante des salaires des joueurs. D’après ESPN (source en anglais), le salaire moyen annuel en LCS NA en 2017 tournait autour des 105 000$. Or, il y a quelques mois, Romain Bigeard (alors responsable de la division League of Legends d’OpTic Gaming) avançait le chiffre de 320 000$ de salaire moyen dans la ligue nord-américaine.

 

Cette soudaine évolution des rémunérations est une incroyable opportunité pour les joueurs, dont la carrière est difficile et parfois très éphémère, de pouvoir en vivre. Mais elle démontre également que leur statut a évolué. Alors que certaines rumeurs évoquent un salaire annuel supérieur à un million de dollars pour le toplaner de Cloud9 Eon-yeong « Impact » Jung, les joueurs doivent désormais prendre conscience que leur situation est similaire à celles des sportifs professionnels, et les fans doivent aussi le comprendre.

 

Une prise de conscience nécessaire

 

Le premier exemple de cette nouvelle situation est apparu dans la nuit du 1er juillet : le vétéran de 100 Thieves William « Meteos » Hartman a été échangé en cours de saison, quelques heures seulement après avoir porté les couleurs de son équipe sur la scène des LCS NA. Ce qui a provoqué la consternation des fans, mais aussi de certains joueurs de la ligue, certains évoquant même l'illégalité d’une telle action. Alors qu' au final, c'est le Jungler qui avait demandé à quitter son club. Cet exemple démontre que les différents membres du championnat nord-américain ne sont pas encore tous conscients de la situation actuelle (et donc future) de leur statut.

 

Le transfert de Meteos a ouvert les yeux de certains joueurs quant à leur situation (Crédits LoL Esports)

 

Oui, l’esport (concernant particulièrement les grandes ligues et compétitions) se transforme rapidement en une machine complexe et lourde, où joueurs et organisations sont des partenaires, et non plus une « grande famille » comme ce fut le cas parfois dans certaines équipes. Alors que les salaires des joueurs et entraineurs progressent d’année en année, il devient désormais essentiel pour eux de se tourner vers une meilleure structure qui permette à la fois de les responsabiliser, mais également de mieux les conseiller et les protéger.

 

Les associations de joueurs et la représentation des talents

 

Si d’un côté les organisations deviennent de plus en plus puissantes, il est nécessaire qu’un équilibre se crée afin de permettre aux joueurs de faire entendre leur voix. Bien que la situation au sein de ligues majeures comme les LCS ou l’OWL soit bien loin des conflits historiques opposant les organisations sportives et les sportifs, il est néanmoins primordial qu’une structure gérée par les joueurs soit présente pour faciliter les discussions entre les différents acteurs.

 

Ce phénomène est déjà en marche puisque la ligue nord-américaine de LoL (LCS NA) dispose depuis peu de la NALCS Players Association. Pour autant, celle-ci doit encore évoluer afin de pouvoir réellement avoir un impact positif pour les joueurs. Tout d’abord, elle doit gagner en indépendance vis-à-vis de Riot Games (qui a mis en avant la nécessité d’un tel organisme, mais qui demeure présent dans son fonctionnement). C'est un élément fondamental pour que les joueurs puissent librement discuter de sujets majeurs, tant avec les organisations qu’avec l’éditeur. Autre critère essentiel : l'implication des joueurs. Ils doivent également comprendre l’importance d’une telle association et les enjeux derrière son fonctionnement. Or pour le moment, la majorité d’entre eux semble ne pas avoir pris l’association au sérieux.

 

 

« Jusqu’à présent, les joueurs ne prenaient pas au sérieux l’Association des joueurs et ne voulaient pas aller aux réunions. Désormais avec la situation autour de Meteos, j’ai espoir que cela change » a ainsi déclaré Travis Gafford, journaliste de la scène esport de LoL dans une vidéo (source en anglais).

 

 

Or, il n'est pas anecdotique de rappeler que l'échange du joueur Meteos s'est déroulé la même semaine que l’annonce de la création d’une association de joueurs pour CS:GO (la Counter-Strike Professional Players' Association), un organisme à l’initiative des joueurs cherchant à représenter les joueurs professionnels au sein de l’écosystème du FPS. Puisque celle-ci est le fruit du travail de joueurs et de leurs représentants, il est probable que son fonctionnement soit un peu plus sain que l’exemple des LCS NA (du moins à ses débuts). Toutefois, le modèle très spécifique de CS:GO (à travers de très nombreux tournois organisés par différentes organisations) pourrait rendre le dialogue plus difficile à mettre en place pour les joueurs.

 

C’est pourquoi dans tous les cas, il est capital que les joueurs recrutent un représentant (un agent sportif) afin de négocier les contrats, mais également de pouvoir plus facilement les conseiller ainsi que développer et gérer leur image. Bien que de très nombreuses firmes spécialisées dans les sports traditionnels se diversifient pour accueillir des membres de l’esport (notamment outre-Atlantique), les joueurs ne sont pas tous conscients de la nécessité d’être correctement encadrés.

 

 

Alors que les LCS Europe sont les prochains à passer au format des franchises, et que la scène esport de Fortnite commence à se développer, il est essentiel que désormais les joueurs prennent conscience des opportunités, mais également des défis qui pointent à l’horizon. Il faut aussi que les fans comprennent que la professionnalisation du milieu va de pair avec une scène esport plus encadrée et hiérarchisée, mais qui peut paraître parfois plus exigeante avec ses talents.

Par LiquidityTrap, le 10/07/2018

Réagissez à ce post